« La dictature c’est ‘ferme ta gueule’ ; la démocratie c’est ’cause toujours' » Coluche (ou pas, c’est pas clair)

En faisant mes notes de frais, je suis tombé sur la carte d’Al Mounia, un resto de Casablanca. Une bonne adresse pour manger tajines, couscous et autres spécialités culinaires locales dans un cadre agréable (possibilité de se poser dans le patio) ; je recommande le couscous tfaya (agneau, pois chiche, oignons confits et raisins secs). Je précise qu’on y sert du vin (en terre musulmane, cela ne va pas forcément de soi). Vin qui manque souvent d’équilibre (la chaleur excessive du pays n’aide pas) mais qui peut surprendre (S de Siroua et autres crus du domaine Thalvin).
J’ajoute que, de bonnes tables, à Casablanca, je n’en ai pas trouvées tant que ça. D’aucuns ne jurent que par la Sqala ou les restos guindés de la Corniche. Je leur laisse.

Et pour boire un thé à la menthe, je suggère le Ryad 21, boulevard Panoramique, près de la mosquée Taha (pas très loin de mon taf, soit dit en passant). Bien aussi.

Voilà, c’était histoire de partager un ou deux bons plans sachant que, depuis bientôt un an, je passe pas loin de dix jours par mois dans le royaume chérifien. Reste qu’au vu de ce qui se passe en Tunisie et en Égypte, on a l’impression que c’est tout le Maghreb qui est en train de s’ébranler, et la question de la sécurité au Maroc pourrait se poser.
Mes collègues Casaouis me disent que ça ne craint pas, qu’il n’y a pas de problème avec Sa Majesté Mohammed VI, que ce dernier n’est pas l’ennemi du peuple, qu’il a œuvré dans le sens de la démocratie en laissant l’opposition s’exprimer et en initiant un certain nombre de réformes progressistes [EDIT du 15/02 : Peter Pham parle même d’ « exception marocaine » dans Le Matin]. Mais d’autres ne l’entendent pas de cette oreille et dénoncent les effets de manches du roi, l’hypocrysie des classes moyennes… Bref, CQFD.

En parlant de ça, l’autre jour, d’humeur jouasse, je lance à mon pote Hicham :
— C’est quoi ces dictatures en bois à la fin, en Corée du Nord y’en a pas un qui moufte !
— Oh ! s’exclame une vieille dame à la table d’à côté.
— Ne vous offusquez pas, madame, il faut voir les choses en face. D’ailleurs, vous les vieux, vous servez à rien, il faudrait tous vous buter.
Et la vieille de s’indigner de plus belle dans la langue de Mahomet.
— Tu vois Hicham, c’est ça la liberté d’expression !
— Ouais, mais nous on a la polygamie.

Vu sous cet angle, je peux pas lutter.

3 commentaires sur “Al Mounia, couscous et démocratie au Maroc”
  1. Heg dit :

    Valà t’es content… je me suis pissé dessus à rire comme un naze sur mon ordi… j’irai plus jamais sur http://www.frank-poupart.org et j’irai boire un verre avec Éric Zemmour. Histoire de me cultiver un peu.

  2. Clint dit :

    Le guide du Poupart vol.1
    Recueil de bons plans, d’atmosphère légère et de connerie en barre…

  3. The Brain dit :

    D’ailleurs en parlant du Maroc, tu devais pas me ramener un plat à tajine ?
    Sinon encore un article sympa, j’aurais bien voulu une illustration avec une jolie Marocaine mais bon.
    Si tu as des pures photos du Maroc hésite pas !

  4.  
Je commente, je flatte, je tacle...