« La grippe, ça dure huit jours si on la soigne et une semaine si on ne fait rien. » Raymond Devos

Je m’étonne, avec tout ce ramdam autour de la grippe A, que personne n’ait encore déterré cette perle de Raymond Devos, clown et poète unique en son genre (on ne dira jamais d’un humoriste contemporain qu’il est l’héritier de Devos car, et c’est une distinction qui l’honore, il n’en a pas).

Parenthèse à part, la grippe A n’était pas au programme de Ce soir (ou jamais !), ce mardi 15 décembre.

Quand nous ne sommes pas occupés à en découdre au Backgammon, ma boulette et moi, il n’est pas rare que nous jetions un œil (voire les deux) à l’émission de Frédéric Taddeï, qui a le bon goût de porter un regard contradictoire sur les sujets qui font l’actualité. Le plaisir et l’intérêt qu’on y trouve sont à géométrie variable, selon les thèmes et les invités, forcément, ou selon qu’on a modérément ou trop mangé (je ne suis pas du genre accommodant en phase digestive, qu’on se le dise, quoique je m’adoucisse avec une verveine et une cuiller de miel…).
Le plateau de ce mardi 15 décembre, donc, était plutôt intéressant car il réunissait deux octogénaires merveilleux : Edgar Morin et Michel Piccoli. Des viocs en voie de disparition qui me font dire que c’est peut-être pas si mal, en fin de compte, de vieillir.
Edgar Morin a d’ailleurs dit le truc le plus sensé qu’il m’ait été donné d’entendre depuis qu’on nous rebat les oreilles avec cette putain de crise :

[SLVideoPlayer file=Edgar_Morin.wmv,width = 320,height = 213,shownavigation = false,image=Edgar_Morin.jpg, bufferlength = 5 /]

Pas mieux.

3 commentaires sur “Ce soir (ou jamais !)”
  1. X-ray dit :

    Moi aussi je suis à 100% pour la qualité !

  2. Frank Poupart dit :

    Tss tss tss.
    Acheteur, ça rime avec (fucking) calculateur ! 🙂

  3. Mannick dit :

    Vivent les vieux (je l’ai toujours dit, d’ailleurs !).

    Qu’est ce qui s’est passé, t’étais mis à pied en janvier pour pondre autant d’articles ? Ou à trop écouter Edgar, t’es revenu à la vie elle-même ??

  4.  
Je commente, je flatte, je tacle...