Archives pour la catégorie “Musique”

Dand la série « en ce moment dans ma playlist », Pat Sullivan aka P-Sol.

Je balance quelques titres :
1. Beastie Boys Tribute Mix
2. Shout – P-Sol Blend
3. Three Is The Magic Number – P-Sol Edit
4. Dedication – P-Sol Dilla Remix

Tous ces morceaux sont en libre téléchargement sur http://soundcloud.com.
Je vous conseille The Lord Finesse files vol.1 (y’a du bon et du moins bon, mais 1h15 de sauce quand même…).

Pat Sullivan se produit tous les vendredis soirs au Lucky Strike Bowling de NY, à l’angle de la 42e rue et de 12e av. Des fois que.

Comments Un commentaire »

1983, le touche-à-tout Bruno Fumard (voilà un nom qui claque !), aka Jessé Garon’, se fait connaître avec un titre qui ne tardera pas à devenir culte : C’est lundi.

Et devinez quoi, aujourd’hui c’est lundi 😀

Énorme.
Si vous voulez mon avis, ce morceau ne ferait pas tâche dans la BO d’un film de Tarantino. Sans déconner.

Comments 2 commentaires »

J’ai découvert sur la page d’un pote othelliste cette vidéo qui m’a bien fait triper. Il s’agit d’un clip musical (This To Shall Pass de OK Go) monté façon machine de Rube Goldberg.
Je la balance en 720p mais vous pouvez la télécharger dans sa version plein format (cf. lien juste en dessous de la vidéo) pour profiter au max de tous les détails (ils sont nombreux), impossible de tout remarquer à la première lecture.

[ télécharger la version 1080p ]
MP4 env. 102Mo

Le nombre de TV fracassées et empilées à 02:43 donne une (fausse) idée du nombre de tentatives avortées 😀
C’est amusant de voir que de jeunes nerds peuvent s’enthousiasmer ailleurs que derrière leur clavier, bricoler des mécanismes à l’ancienne (ici une poulie, là un tréteau…), récupérer des objets ordinaires et sublimer leur fonction de base dans un engrenage de mouvements parfaitement synchronisés.
Gros travail d’équipe pour un délire hyper calé et ultra convaincant.

© James Frost (le réal), OK Go (le groupe) et Syyn Labs (un collectif de créatifs spécialisés dans le développement de projets artistiques).

Comments Pas de commentaire »

« Quand j’écoute trop Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne. » Woody Allen

Voilà bientôt quinze ans que Slug (Sean Daley) et son acolyte et arrangeur Ant (Anthony Davis) produisent un hip hop underground du meilleur cru, dans la plus pure tradition du storytelling.
Atmosphere (c’est le nom du groupe) n’évite pas quelques fautes de goûts, quelques redondances aussi, mais les textes de Slug sont inventifs, son flow percutant, et il a une manière bien à lui de placer les mots en assonance, d’enchaîner les paronomases. Ça change de la mélasse qu’on nous sert sur les ondes.
Quant aux orchestrations, elles évoluent d’une chanson à l’autre, ici des rythmiques dub ou reggae, là des samples jazz ou funk… Les arrangements les plus récents (When Life Gives You Lemons…) revêtent une forme plus minimaliste, comme pour mieux se mettre au service de la narration.
Je n’accroche pas à tous les titres (il y en a même de détestables), mais certains morceaux sont de mon point de vue uniques en leur genre (je vous laisse apprécier l’hommage, à la fois drôle, allégorique et sensible, que Slug rend à la femme dans The Woman With Tatooed Hands), morceaux qui reviennent régulièrement dans ma playlist et dont je vous propose ici un (court) extrait :

1. If I Was Santa Claus (Lucy Ford, 2000)
2. The Woman With Tatooed Hands (Lucy Ford, 2000)
3. GodLovesUgly (God Loves Ugly, 2002)
4. Yesterday (When Life Gives You Lemons, You Paint That Shit Gold, 2008)
5. Garantees (When Life Gives You Lemons, You Paint That Shit Gold, 2008)

C’est au son de GodLovesUgly (Reprise), en dérushant, que m’est venue l’idée de monter quelques plans de ma boulette en train de se la péter façon Gossip Girl déambuler dans les rues de NYC.
C’est court, et ça tombe bien, car j’avais pas assez de matière pour en proposer davantage.

 
[SLVideoPlayer file=Follow-Me.wmv,width = 640,height = 360,shownavigation = false,image=NYC.jpg, bufferlength = 15 /]
 
[ télécharger la vidéo ] WMV env. 50Mo
[ télécharger la version 720p ] MP4 env. 270Mo 

Comments Un commentaire »

« Diggin’ in the crates »

J’avais prévu d’aller chez l’ORL jeudi soir pour un nettoyage en règle des tympans, mais c’était avant que Rems ne me propose d’assister au concert de Breakestra, à l’Espace Tatry (à cent mètres de chez moi, aucune excuse).
Savant mélange de funk, de soul, de jazz et de hip-hop, les cuivres de Breakestra attaquent l’oreille à la soude caustique pour une tuyauterie garantie sans grumeaux. Des samples qui sortent de Harlem (ici un air d’Apache de Sugar Hill Gang), des enchaînements de beats old school qui sentent le grenier, un groove et un style qui n’appartiennent qu’à eux (là un type casquette vissée façon gangsta et chemise de bûcheron qui joue de la flûte traversière…), autant de détails qui me font dire que ces californiens maîtrisent l’art de faire du neuf avec du vieux. Ou alors je n’y connais rien, le cas échéant je plaide coupable, rien à battre.

Mention spéciale à Miss Elo, la chanteuse de Madison Street Family, qui nous a mis la fièvre en première partie (une pensée émue pour Gruss qui était forfait en raison d’un couvre-feu rue Georges Mandel).

wp-content/

Comments 2 commentaires »

J’annonce: aucun rapport avec  les extraits de boutons de fleurs du Dr. Edward Bach.
J’annonce (bis) : je ne comprends strictement rien à la musique. Dont acte.

Simplement, j’adore les suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach, la première en particulier, en sol majeur, qui n’est pas la moins connue, mais qui me colle systématiquement un délicieux frisson.
Parenthèse musicale, donc, avec cette interprétation de Yo-Yo Ma qui a magistralement servi ce qui reste à ce jour le meilleur film de Peter Weir, Master and Commander : The Far Side of the World.

Orgasmique.
J’ai cherché. Y’a pas d’autre mot.

Comments Un commentaire »