Archives de l'auteur

« C’est ça le problème avec la gnôle, songeai-je en me servant un verre.  S’il se passe un truc moche, on boit pour essayer d’oublier ;  s’il se passe un truc chouette, on boit pour le fêter,  et s’il ne se passe rien, on boit pour qu’il se passe quelque chose. » Charles Bukowski, extrait de Women.

Les 21 et 22 juillet derniers, la septième étape des LSOP a posé ses jetons au manoir familial de votre rédacteur : la Chaumière.
C’est la deuxième fois que nous nous retrouvons en ces lieux, petite piqûre de rappel de la première (double) étape hivernale : http://www.frank-poupart.org/blog/?p=7720
Cette fois-ci, six losers ont répondu présents : Jul’ aka Spiderwoman, Poupart, Riton, The Brain, Tom et moi-même (Le Prof).

L’occasion rêvée de participer à nos JO à nous, plusieurs épreuves étant au programme :

– se mettre d’accord sur la liste des courses (médaille d’or pour Jul’, nous avions perdu d’avance…)
– se faire prendre en photo devant un monster truck (épreuve réussie en équipe avec brio, cf. photo plus haut)
– rally champêtre Polo vs Audi entre Ruffec et Chenon (nouvelle médaille d’or pour Jul’ qui a contenu les assauts de The Brain)
Time’s up ! (Jul’ et Poupy en force, Gary Gygax represents !)
– meilleure salade composée (le titre pour Tom, en même temps c’était le seul en lice…)
– boire du bon vin (je pense être légèrement devant, mais alors légèrement…)
– casser de la vaisselle (Jul’ avec son all-in « assiette/lardons » pré-frigo)
– lutte gréco-romaine avec une armoire (médaille d’argent pour Poupy, l’armoire conserve son titre)
– dormir dans la même piaule que Riton (Tom, seul participant, respect mec, sûrement la discipline la plus hard du weekend !)
– boire de la bière avec une partie de son corps non prévue à cet effet (big up à Poupy !)
– rester à moins de deux mètres de Riton dimanche après-midi (cinq abandons, Riton a vaporisé ses adversaires !)
Skull & Roses (moi, oui, moi gagner au Skull, ça sent la charité à plein nez de mes invités !)
– maîtriser le recul d’une bonbonne de chantilly (Poupy a sublimé l’art de décharger son liquide blanc à des hauteurs insoupçonnées !)
– se faire copieusement engueuler par sa femme pour retour tardif à la maison (The Brain ou comment dormir sur la canapé. « Le changement, c’est maintenant ! »)

Accessoirement, nous avions aussi prévu de jouer au poker. Au départ, c’était même la raison de notre rassemblement. À ce petit jeu qui s’échelonne sur douze mois, Poupart mène la danse avant cette septième étape et pour dire les choses crûment ça pète les couilles à pas mal de monde. Non pas que les loosers aient quelques griefs personnels contre lui (quoique), disons simplement qu’on aimerait bien que la roue tourne et que si au passage on pouvait lui chier sur la gueule… On a l’esprit de service entre potes  😀

Accéder au dossier des rushes (fichiers _70 à _85) © HEG

À partir de ce constat, Riton et moi avons donc ruminé une stratégie la veille. En effet, dès le 20, nous avons monté l’opération « Petits meurtres entre amis ». Celle-ci sonnerait la déchéance du despote. Il fallait cinq larrons prêts à tout avec des rôles bien précis :

1. Jul’ : Seule drôlesse dans l’histoire, elle avait la lourde tâche de faire du gringue à la victime désignée.
2. The Brain : Être The Brain n’est déjà pas une mince affaire, nous avons donc décidé qu’il reste lui-même.
3. Moi : Faire semblant d’être bourré pour endormir la bête, rôle taillé sur mesure au vu de mes compétences.
4. Riton : Rapporter, espionner, noter tous les faits et gestes du Poup’.
5. Tom : Discrètement, le moment venu, c’est Brutus qui poignarderait César.

J’aime dire à la façon d’un Hannibal Smith : « J’adore qu’un plan se déroule sans accroc ! » C’était sans compter que dans nos rangs il y avait un ou deux Looping qui se cachaient…

Nous sommes samedi soir, il est 23:04, la partie débute.

À ce moment-là, je suis complètement fondu dans mon rôle, véritable démonstration d’Actors Studio, tout le monde n’y voit que du feu, même moi. Jul’ fait ce qu’elle peut pour comprendre les règles (« Ah bon ? Le 8 est plus fort que le 3 ? »), The Brain fait profil bas, Riton continue d’espionner et Tom fait le travail en remportant de manière agressive des jolis coups.

23h37 : La première banderille est plantée, je fais une annonce alors que je ne suis pas de parole… histoire de destabiliser le Poup’. Tom, Dude, Jul’ et moi sommes à tapis, c’est Poupart qui remporte le coup avec un brelan de trois… Là, je me dis que j’ai peut-être pas choisi les bons partenaires pour mener à bien mon coup de génie.

23h50 :  Jul’ rebuy pour la première fois… Prévisible. Tenir trois quarts d’heure relevait déjà de l’exploit. Elle remplit son rôle à merveille !

23h54 : Nouveau coup de pute de ma part, un petit mélange pré-flop ni vu ni connu, enfin si, vu quand même sinon ça sert à rien. Sans audace pas de gloire !

00h07 : Comme prévu la veille, je suis out au bout d’une heure et file mon stack à Riton. Naturellement, je rebuy.

00h15 : Pause Cornetto et petit moment pour faire un bilan de l’opération. À ce stade, on tient le bon bout, Tom est bien-bien, Riton s’est bien refait la cerise grâce à mon stack, The Brain passe à travers les balles, je suis moyen, Jul’ a compris comment faire une paire et Poupart n’a toujours pas saisi dans quel traquenard il a foutu les pieds.

00h30 : Reprise des hostilités. Poupart enchaîne quelques vols de blinds, c’est un peu le poker du pauvre mais ça paie.

01h06 : Tom part à tapis suivi par Riton. Tom rebuy. Là, Riton a merdé, il a fait son « Looping », il aurait dû laisser Tom gagner (Riton, tout le monde sait que tu sais pas gérer les bigs stacks).

01h17 : Deuxième « Looping » de la soirée, il est pour ma pomme. Je fais all-in, en soi c’était prémédité. Tirer ma révérence au bout d’1h45 faisait parti du deal. Néanmoins, je n’avais pas imaginé filer mes jetons à cette crapule de Poupart.

01h33 : The Brain is out. Jul’, sur un malentendu, réalise une paire qui lui permet de survivre. The Brain a rendu une copie presque parfaite, aucun tapis gagnant, aucun bluff réussi et que des folds perdants !

01h38 : Jul’ a paire de Dames servie, une Dame tombe sur la river… n’oublions pas qu’une heure et demie plus tôt Jul’ apprenait à faire une paire ! Imaginez sa situation, elle pense avoir Armageddon dans les mains ! La pov’ petite en perd ses moyens et balance quasi tout son stack sur la river bien évidemment. Pas de bol, il y avait aussi un tirage couleur à trèfle et Tom avait le Roi en main.

01h45 : Nouvel entracte. Tom assure comme un chef, après avoir saigné Jul’, il est devenu chip leader. Poupy, comme prévu, n’est pas loin. Jul’ est au plus mal et Riton limite la casse.

01h56 : Reprise. Jul’ is out deux minutes après, Poupy l’a nettoyée. Bon bilan pour la demoiselle qui aura su maîtriser l’art de composer une paire et même un brelan au cours de cette soirée.

02h18 : Un drame se produit… Riton est démoli de la plus sale des manières par Poupy, je vous retranscris ici-même ses dernières notes : J’ai A10, Poupy 77. Sortent 3, 7 et 8 sur le flop ! ‘Culé Poupart – chienne, salope, petite merde – il en a pas branlé une depuis le début, en loucedé comme à chaque fois, je suis short stack. Putain fait chier ! On sent que le Riton en a gros sur la patate !

02h37 : Riton finit par déposer les armes, l’augmentation des blinds a eu raison de lui. Pause avant le head’s up : Tom/Poupy. État des lieux : Poupy possède une avance plus que confortable (d’après Riton, 53 fois le stack de Tom) et peut se permettre de voir venir.

03h00 : Le duel commence. Tom est en pleine crise d’adolescence, mode rebelle activé, il agresse le Maître ou la Pourriture de la partie, c’est selon, à tout-va et vole les blinds. Tom est bien entré dans le head’s up. S’ensuit un nombre incalculable de folds, on commence à s’endormir…

03h31 : Premier tapis simultané. Poupy AK dépareillés, Tom K8 à pique. A7 pique et 7 tombent sur le flop. Ça sent le pâté pour Tom. 10 sans valeur sur le turn, Poupy savoure déjà sa victoire avec un air négligé. Dame de pique sur la river ! Bad beat ! Couleur venue des limbes pour le Tom qui se remet en selle.

03h49 : Round 2. Poupy 10-10, Tom K9 à carreau. Rien sur le flop et le turn. River, un roi tombe. Deuxième bad beat ! Poupart est assommé, lui qui pensait remporter cette étape voit le sort se jouer de lui une nouvelle fois.

03h59 : Round 3. Poupy fait all-in avec AJ à trèfle, Tom suit avec A8 dépareillés. Trois trèfle tombent, Poupart is back ! Tom est au plus mal, il peut à peine payer les blinds.

04h02 : Round 4. Tom réalise une belle couleur qui double son stack, il a la peau dure ce Tom.

04h12 : Round 5. Poupy tapis avec A2, suivi avec un malheureux 86 par un Tom exténué, la partie dure depuis plus de cinq heures ! Deux 6 au flop. Atroce, troisième bad beat contre Poupart. Celui-ci me jette un regard noir puisque c’est moi qui deale depuis le début du head’s up. Là, c’en est trop, Poupy est sous le choc, à cran, perlant de sueur, et une fois n’est pas coutume me presse expressément de distribuer la prochaine main. Je prends donc un malin plaisir à rassembler le plus lentement possible les cartes et les mélanger au moins une bonne dizaine de fois. Tom, lui, est aux anges, son caleçon en garde les stigmates.

04h21 : Round 6. Poupy part all-in avec A2 (bis repetita), Tom suit avec J2. Cette fois-ci, un quatrième miracle ne se produira pas, rien ne sort et l’As est high card. Poup’, au terme d’un voyage à travers les enfers, qui est passé du stade d’une victoire facile à une déchéance sans nom, finit pas achever Tom.

J’aurais vraiment aimé dire qu’un plan se déroule sans accroc mais le bon vieux Poupart a déjoué tous nos pièges. Faut dire que nous l’avons bien aidé… Perso, j’ai oublié le plan au bout d’une heure de jeu, la faute à une immersion totale dans mon rôle. The Brain a fait du The Brain donc on ne peut pas lui en vouloir. Jul’ était là pour faire le nombre donc… Riton, franchement j’y ai cru, en tout cas au début puis finalement non, bluffs foireux, all-in maladroits, trop de pression, tout ça. Tom, le seul, l’unique à avoir assuré et quasiment rempli sa mission, il s’en est fallu de peu, dommage my friend !

Une bien belle victoire pour Poupy, qui au final l’a bien méritée après cet interminable marathon qui de mémoire s’est terminé sur le plus long head’s up de l’histoire des LSOP.

Je finirai par un grand merci aux cinq loosers d’être venus dans ma chaumière et mention spéciale pour Jul’ qui a dû supporter cinq mâles en rût tout un weekend.

Comments 16 commentaires »